Afin d’apporter des réponses techniques à la problématique du stationnement anarchique, la commune cible les zones concernées, comme le carrefour de la mairie ou l’arrêt minute dans la rue François MITTERAND.

Plus de 100 places marquées au sol sont répertoriées sur le cœur du village,, entre la place de la liberté, le parking des muriers, la rue du temple sans oublier des places potentielles devant le cimetière ou sur le parking du stade. Malgré cela les infractions sont nombreuses. En attendant la transformation du carrefour de la mairie, le constat n’est pas toujours positif si l’on enregistre les différentes réclamations signalées sur le site de la mairie ou directement auprès des élus.

La majorité des infractions constatées concerne le stationnement sur les trottoirs, devant les entrées carrossables (portails) ou sur des zones réservées au taxi. Il s’agit là d’infractions qualifiées de gênantes de par leur impact sur la sécurité des piétons ou de la circulation.

Force est de constater que les trottoirs de la commune n’échappent pas à cette tendance et sont eux aussi souvent utilisés pour le stationnement des véhicules. Il est également bon de signaler qu’un trottoir peut être simplement matérialisé au sol par des revêtements différents et n’implique pas obligatoirement une surélévation par rapport à la voirie, à l’image de l’entrée du temple.

Le stationnement sur trottoir et sur passage piéton crée incontestablement une gêne pour la progression des piétons. Ces derniers sont alors contraints d’emprunter la voirie pour contourner les véhicules, avec les risques que cela comporte. Ces faits illicites résultent souvent de l’incivisme des automobilistes, qui veulent se garer juste devant leur destination, souvent aux abords des commerces. Or, dans près de la moitié des cas, il existe pourtant des places libres sur voirie à proximité immédiate. Pris individuellement, ces faits ne représentent pas un très gros risque pour la communauté, mais c’est leur caractère massif qui empoisonne la vie des piétons.

En centre-ville ou sur les axes principaux, il n’y a pas d’autre alternative que l’utilisation des emplacements aménagés. Dans les secteurs secondaires (lotissements ou voies moins fréquentées) l’utilisation de la voirie est tolérée pour le stationnement, créant souvent un effet de chicane qui entraîne ainsi un ralentissement.

A l’heure où les déplacements doux sont privilégiés il est tout à fait normal que les trottoirs soient rendus à leurs légitimes utilisateurs : les piétons.

Idem pour les 3 places « arrêt minute » proches des commerces du village et qui sont très appréciés de tous, consommateurs comme commerçants lorsqu’ils ne sont pas « squattés » pendant plusieurs heures. Un peu de civisme permettra à ces aires de retrouver leur fonction initiale.